samedi, 20 juillet 2024
DiasporadzActualitéL'appel des JJR "aux juifs et aux juives qui pensent voter RN"

L’appel des JJR « aux juifs et aux juives qui pensent voter RN »

Nous reproduisons ci-dessous une déclaration de l’organisation Juives et Juifs révolutionnaires (JJR) qui appelle à ne pas voter pour le Rassemblement national (RN) aux législatives anticipées en France.

Pour l’organisation Juives et Juifs révolutionnaires (JJR), voter pour le Rassemblement national (RN), c’est donner le pouvoir aux « héritiers de la Collaboration et de l’OAS«  qui sont « un danger pour les juifs et pour toutes les minorités » qu’elles soient maghrébines, musulmanes ou autres.

La déclaration des JJR donne à voir une idée de la pluralité des opinions de la communauté juive de France souvent étouffée par les médias du milliardaire Vincent Bolloré. Document

Depuis la dissolution de l’Assemblée nationale, nous entendons beaucoup de Juifs et de Juives qui doutent de la conduite à tenir. Certain⸱es, convaincu⸱es que le RN est devenu l’ami des Juif⸱ves, se préparent même à voter pour lui.

Pourtant, si le RN s’est fait discret concernant l’antisémitisme, celui-ci reste partie intégrante de son identité et de son programme. Le projet du RN, c’est en effet l’effacement de toutes les minorités, y compris la minorité juive.

À LIRE AUSSI
Législatives : l’opinion publique française à la merci des médias Bolloré

Avec le RN au pouvoir, la vie religieuse juive risquerait en effet d’être fortement perturbée. Le RN compte interdire totalement les signes religieux dans l’espace public ; si la cible principale d’une telle loi est le voile, elle s’appliquera également à la kippa.

Le RN entend également interdire l’abattage halal et casher. Le volet sur la protection animale du programme du RN stipule ainsi que « l’abattage rituel sans étourdissement préalable sera interdit ». Dans un communiqué de septembre 2023, il était aussi question d’interdire l’importation de viande abattue selon cette méthode. De même, le RN souhaite mettre fin aux menus de substitution dans les cantines scolaires pour les enfants ne mangeant pas de porc.

Toutes ces mesures contre l’alimentation casher risquent également de menacer le financement des institutions religieuses juives et d’entraver la possibilité pour les enfants juif·ves pratiquant·es d’intégrer l’école publique.

En dehors du volet strictement religieux, la vie communautaire juive est riche d’un tissu d’associations dont certaines bénéficient de subventions étatiques ou sont reconnues d’utilité publique (ce qui permet une défiscalisation). C’est notamment le cas du Fonds Social Juif Unifié (FSJU). Or, le RN a annoncé à de nombreuses reprises vouloir mettre fin au financement des « associations communautaristes ».

À LIRE AUSSI
Lettre ouverte de 17 personnalités israéliennes : « Reconnaître, maintenant, l’Etat de Palestine »

Ces associations pourraient donc être menacées, ce qui par ricochet pourrait remettre en question le fonctionnement du Service de Protection de la Communauté Juive (SPCJ) qui assure la protection des évènements et des lieux communautaires.

On peut également se poser la question du financement des écoles juives : si le RN est historiquement plutôt favorable à l’enseignement privé, il est probable que les écoles juives et musulmanes soient ciblées, toujours au nom de la lutte contre le « communautarisme ».

Mais il y a de nombreux autres points inquiétants. Ainsi, le soutien du RN aux franges les plus réactionnaires de l’appareil policier, notamment en ce qui concerne les contrôles au faciès ou les violences policières, met en danger les membres de la communauté juive qui en sont victimes, notamment les familles issues d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient.

De même, la suppression de la double nationalité figurait jusqu’à très récemment au programme du RN. S’il a lissé son discours et si la mesure a été retirée, le RN défend toujours dans le cadre de la « préférence nationale » l’interdiction de certains métiers aux binationaux. Cette mesure toucherait plusieurs milliers de personnes au sein de notre minorité, qu’elles soient franco-israéliennes, franco-marocaines, franco-tunisiennes, ou autre.

À LIRE AUSSI
Sciences Po : des étudiants juifs dénoncent l’instrumentalisation du judaïsme et de l’antisémitisme (document)

De plus, une partie de l’extrême-droite française adhère à la thèse du « Grand Remplacement ». On l’oublie souvent, mais cette théorie est fondamentalement antisémite. Si on peut en voir l’origine dans les textes de Drumont ou les écrits racistes de la fin du 19e siècle, c’est le vétéran de la SS Charlemagne René Binet qui l’a remise au gout du jour en France, avant qu’elle ne soit reprise par Renaud Camus. Cette thèse cible directement les Juif⸱ves, en qui elle voit les organisateurs des migrations. On le voit lorsque l’extrême-droite se mobilise contre un projet d’accueil de migrant⸱es dans les Côtes d’Armor ou lorsque le RN dénonce « l’immigration de masse orchestrée par des ONG bien souvent soutenues par le milliardaire George Soros ». L’homme d’affaires américain d’origine juive hongroise, rescapé de la Shoah, est l’objet des obsessions complotistes depuis de nombreuses années. Pour une partie de l’extrême-droite et du RN, derrière le pseudo « Grand Remplacement », c’est bien le complot juif qui est à l’œuvre.

De manière flagrante, le positionnement du RN quant au négationnisme ou à l’enseignement de la Shoah est également très problématique. Le RN reste un parti fondé par d’anciens collaborateurs ou nazis (comme Pierre Bousquet, Léon Gaultier, André Dufraisse et Victor Barthélemy, qui durant la Seconde Guerre mondiale combattirent au sein des forces hitlériennes dans la SS Charlemagne ou la LVF) coalisés avec des vétérans de l’OAS et des fascistes d’Ordre Nouveau (à l’image de François Duprat, qui estimait que la France était colonisée par les « sionistes », d’où deux slogans assumés par la suite par le GUD : « A Paris comme à Gaza, intifada » et « Deauville, Sentier : territoires occupés »). Jean-Marie Le Pen, qui est resté président d’honneur du parti jusqu’à 2018, a été condamné à plusieurs reprises pour ses déclarations sur le génocide juif, qu’il considérait comme un « détail de l’histoire ». Frédéric Boccaletti, député RN, tenait jusqu’aux années 2000 une librairie spécialisée en ouvrages négationnistes.

Depuis, pour des raisons stratégiques, Marine le Pen et Jordan Bardella tentent de soigner leurs fréquentations. Ils prennent par exemple leurs distances avec Frédéric Chatillon, ancien président du GUD, relais français de Bachar el-Assad, mêlé à de complexes affaires de financement de matériel de campagne impliquant le RN. Mais d’autres membres de la direction du parti sont moins prudents. C’est le cas de Bruno Gollnisch, membre du conseil national, toujours proche de l’antisémite fanatique Alain Soral et qui intervient régulièrement sur sa chaîne (profitons en pour rappeler qu’Alain Soral a été un membre influent de la direction du FN.

À LIRE AUSSI
Des musulmans, des chrétiens et des juifs prient pour Gaza à New York aux Etats-Unis

A la base du parti, de nombreux militant⸱es, candidat⸱es et cadres du RN tiennent des propos ouvertement antisémites ou viennent de formation néo-nazies. Le phénomène est tel que certains Juif⸱ves du RN s’en étaient émus. C’est le cas de Jean-Richard Sulzer, conseiller régional des Hauts-de-France, qui a fini par claquer la porte du parti après avoir dénoncé la place qu’y occupaient des anciens du GUD, de Terre et Peuple, ou d’Unité Radicale, ainsi que l’existence de listes noires internes visant à placer les Juif⸱ves du parti en position non-éligible. Étant donné l’historique du parti et de ses fondateurs, il paraît cohérent que des fascistes et des néo-nazis s’y retrouvent. Il faut à cet égard redire que Claude Hermant, qui avait fourni les armes ayant permis l’attentat antisémite de l’Hypercasher en 2015, est une figure de l’extrême droite formée dans les rangs du RN.

Pour toutes ces raisons, nous vous en conjurons : Ne vous trompez pas ! Ne votez pas pour le RN ! Les héritier⸱es de la Collaboration et de l’OAS sont un danger pour les Juif⸱ves et pour toutes les minorités !

Les Juives et Juifs révolutionnaires (JJR)
le 20 juin 2024

À LIRE AUSSI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

LES + LUS

Derniers Commentaires