vendredi, 14 juin 2024
DiasporadzPolitiqueSciences Po : des étudiants juifs dénoncent l’instrumentalisation du judaïsme et de l’antisémitisme (document)

Sciences Po : des étudiants juifs dénoncent l’instrumentalisation du judaïsme et de l’antisémitisme (document)

Des étudiants juifs ont dénoncé, dans une tribune publiée le 14 mars sur le blog de Médiapart, l’instrumentalisation de leur confession, le judaïsme, et de l’antisémitisme « pour justifier la répression des mobilisations pro-palestiniennes », notamment à Sciences Po.

Nous reproduisons ci-dessous la déclaration intégrale signée par ces étudiants juifs qui refusent la manipulation de « l’affaire Sciences Po », l’instrumentalisation du judaïsme et de l’antisémitisme et la répression des manifestations pro-palestiniennes. Document.

Nous, étudiants juifs de Sciences Po, refusons d’être instrumentalisés pour justifier la répression des mobilisations pro-palestiniennes.

Mardi 12 mars au matin a eu lieu une mobilisation d’étudiants engagés contre les massacres de masse systématiques en cours sur la bande de Gaza et l’occupation par Israël des terres palestiniennes.

Sur la base de récits approximatifs, un emballement médiatique et politique démesuré a suivi pour accuser ces mobilisations d’antisémitisme. Sciences Po a elle-même saisi le procureur de la République pour des « faits à caractère antisémite », tandis que l’école voyait la visite du Premier ministre et de la ministre de l’Enseignement supérieur.

En tant qu’étudiants juifs, nous dénonçons cette manipulation politique qui invisibilise notre expérience d’étudiants juifs horrifiés par les horreurs commises contre la population gazaouie.

À LIRE AUSSI
L’OMS exhorte Israël à renoncer à une attaque contre Rafah « au nom de l’humanité »

La direction de Sciences Po et les responsables politiques font de nous des cautions pour leur permettre de réprimer la liberté d’expression et les mobilisations pour la justice en Palestine.

Nous refusons fermement d’être instrumentalisés de la sorte. Impliqués dans les mobilisations étudiantes pro-palestiniennes, nous réfutons les accusations d’antisémitisme menées à leur encontre et nous unissons à leurs côtés. Les étudiants juifs ont fait partie intégrante de la mobilisation en faveur du peuple palestinien, tant sur le campus qu’en dehors, et ce depuis des mois.

Le matin de ce mardi 12 mars, plusieurs étudiants juifs sont entrés dans l’amphithéâtre Emile-Boutmy et ont été présents pendant toute la durée de la mobilisation. Contrairement aux allégations, nous avons pu entrer dans l’amphithéâtre sans aucune entrave.

L’une d’entre nous l’a fait librement, tout en portant autour de son cou l’étoile de David qu’elle porte depuis sa Bat Mitzvah. Elle a porté son collier à l’extérieur de son pull dans l’intention qu’il soit visible, afin que sa présence en tant que femme juive dans l’amphithéâtre soit connue.

Une autre d’entre nous a fait une présentation dans le cadre de la mobilisation sur le judaïsme et l’antisionisme. Ironiquement, le cœur de sa présentation était de montrer comment le sionisme instrumentalise l’antisémitisme pour servir ses propres ambitions matérielles.

À LIRE AUSSI
Un militaire américain s’immole par le feu : « Je ne serai plus complice du génocide » à Gaza

L’altercation à la porte de l’amphithéâtre qui a été si lourdement défigurée par la presse s’est produite au moment où elle donnait sa présentation. À aucun moment de l’événement, nous ne nous sommes sentis intimidés ou en danger du fait d’une action des organisateurs ou des autres participants à quelque titre que ce soit. Au contraire, nous avons été touchés par le fait que nous nous sommes sentis bien accueillis et inclus en tant que juifs pendant toute la durée de l’événement. 

Les accusations d’antisémitisme contre les mobilisations pro-palestiniennes à Sciences Po ont été menées en grande partie par l’Union des étudiants Juifs de France (UEJF), et ce depuis octobre.

L’UEJF dit représenter les étudiants juifs, nous affirmons que cette organisation ne nous représente pas, ni politiquement, ni religieusement. Sous couvert de lutte contre l’antisémitisme, l’UEJF développe un discours ouvertement hostile à toute revendication pro-palestinienne et brille par son refus de critiquer la politique criminelle d’Israël.

Les étudiants juifs de Sciences Po sont divers, n’uniformisons pas leurs voix. En voulant faire de tous les juifs des soutiens d’Israël, c’est l’UEJF qui porte un discours réducteur, refusant aux juifs la capacité de se battre pour la justice et mettant en danger tous les étudiants qui se battent pour la Palestine. Vider le mot antisémitisme de son sens, comme le fait l’UEJF, met les juifs en danger et nuit à la lutte réelle contre l’antisémitisme.

Malgré les menaces et les pressions nous continuerons de porter la voix d’une solidarité entre juifs et palestiniens. La lutte contre l’antisémitisme ne pourra jamais se faire au détriment des vies palestiniennes. Vive la Palestine libre ! Tahia Falastin ! Tri falastin hahouvit ! Lang lebn di freye falestine !

Signataires : 

N. F.
R. G.
S. O.
M. L. A.  
L. S. D.
M. M.
A. C. M.
L. F.
L. V. L. L. 
L. G.
S. P.
D. P.
B. D.
M. W.
S. S.
B. Y.
K. I.
R. L.
G. J.
L. C.
S. E.
J. A.
A. S.
B.E.
A.H.
D. S.
E. D.
C. F.
P. M.
L. C.
M. Z.
L. D.
M. S.
J. R.
J. L. B.

Alumni : 

J. H.J.SE,D
À LIRE AUSSI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

LES + LUS

Derniers Commentaires