vendredi, 14 juin 2024
DiasporadzInternationalLe Drian dénonce une "hyperviolence indiscriminée" d’Israël à Gaza

Le Drian dénonce une « hyperviolence indiscriminée » d’Israël à Gaza

L’ancien ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a dénoncé, jeudi 14 mars sur franceinfo, une «hyperviolence indiscriminée» d’Israël dans la bande de Gaza.

«Cette hyperviolence indiscriminée» dans la bande de Gaza «est épouvantable et n’aide en rien pour la suite à la sécurité d’Israël», a estimé l’ancien ministre des Affaires étrangères et actuel représentant personnel du président de la République pour le Liban, Jean-Yves Le Drian.

Après plus de cinq mois de guerre d’Israël sur la bande de Gaza, déclenchée après une attaque sanglante du mouvement islamiste Hamas, le bilan humain ne cesse de s’alourdir dans l’enclave palestinienne et l’ONU redoute une famine généralisée.

«Ce qui se passe à Gaza est dramatique», a poursuivi l’ancien ministre de la Défense de François Hollande (2012-2017). «C’est un désastre scandaleux et c’est un désastre aussi pour Israël», dans la mesure où des «générations vivront dans le ressentiment», a-t-il prévenu.

À LIRE AUSSI
Un militaire américain s’immole par le feu : « Je ne serai plus complice du génocide » à Gaza

«À quel moment on va dire ‘ça y est, on a éradiqué le Hamas’?», s’est-il interrogé. «Ce n’est pas en éliminant des milliers d’enfants, des milliers de femmes, des milliers d’hommes sur Gaza qu’on va éradiquer» l’idéologie du mouvement islamiste, a-t-il asséné.

«À un moment donné, il faut s’arrêter», a-t-il ajouté, avant de reprendre le principe défendu par la France et par l’Union européenne d’une solution à deux États, avec l’édification aux côtés de l’État hébreu d’un État palestinien.

«La seule solution possible pour assurer la sécurité d’Israël pour l’avenir, c’est l’existence de deux États (…), il n’y a pas de choix, toute la communauté internationale le dit», a-t-il insisté.

À LIRE AUSSI
Le Liban va déposer plainte à l’ONU contre Israël

«Pour ce faire, il faut une trêve. Il faut que les otages soient libérés et qu’ensuite, on engage progressivement un processus politique», a estimé Jean-Yves Le Drian.

«Tout ce que fait Benyamin Nétanyahou va contre l’intérêt d’Israël», conclut l’ancien ministre de la Défense.

« Peur de l’extension du conflit » au Liban

Jean-Yves Le Drian juge que le «radicalisme d’Israël » créé des « tensions » pouvant aboutir à «une extension du conflit». «Moi, j’ai peur de l’extension du conflit», a-t-il martelé.

«Il faut absolument éviter qu’un nouveau front de conflit s’ouvre à la frontière entre le Liban et Israël», a-t-il alerté. Les violences sont, en effet, quotidiennes à la frontière nord d’Israël avec le Liban entre l’armée israélienne et le Hezbollah, groupe libanais soutenu par Téhéran et allié du mouvement islamiste palestinien.

«Je ne crois pas que le Hezbollah souhaite une confrontation, je ne crois pas qu’Israël le souhaite, sauf qu’il y a peut-être des éléments» dans les deux camps «qui le souhaitent et des accidents peuvent arriver et un engrenage peut être dramatique», a-t-il prévenu.

Avec franceinfo

À LIRE AUSSI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

LES + LUS

Derniers Commentaires