vendredi, 21 juin 2024
DiasporadzInternationalUn militaire américain s'immole par le feu : "Je ne serai plus complice du génocide" à Gaza

Un militaire américain s’immole par le feu : « Je ne serai plus complice du génocide » à Gaza

Un militaire américain est décédé en s’immolant par le feu, hier 25 février, devant l’ambassade d’Israël à Washington, en criant : « Je ne serai plus complice du génocide » à Gaza, ont indiqué plusieurs médias.

Le militaire américain s’est filmé en direct sur la plateforme de streaming Twitch, en criant «Palestine libre» en protestation contre la guerre à Gaza qu’il qualifie de « génocide ».

Dans la vidéo partagée sur les réseaux sociaux, on voit l’homme vêtu d’un treillis militaire et déclarant qu’il « ne sera pas complice du génocide » avant de s’arroser de liquide.

Il aurait même envoyé un e-mail à des journalistes annonçant qu’il accomplira «un acte de protestation extrême contre le génocide du peuple palestinien» et que l’événement serait diffusé en direct.

Les secours se sont précipités dimanche sur les lieux peu avant 13h00 (18h00 GMT) en réponse à un «appel à une personne en feu devant l’ambassade d’Israël», selon un message sur X, anciennement Twitter, des pompiers.

À lire aussi
Le prince William : « Gaza a désespérément besoin d’une aide humanitaire accrue »

Ils sont arrivés et ont découvert que des agents des services secrets – les forces de l’ordre américaines chargées de protéger les ambassades à Washington – avaient déjà éteint l’incendie.

Une porte-parole de l’armée de l’air a déclaré ce matin, 26 février, à l’AFP que «l’individu impliqué dans l’incident d’hier, anonyme, a succombé à ses blessures et est décédé la nuit dernière».

Le soldat américain s’appelle Aaron Bushnell et est membre de l’US Air Force.

Cet acte choquant est survenu alors que les protestations se multiplient aux États-Unis contre les raids d’Israël sur Gaza, où il mène une guerre de représailles à une attaque du 7 octobre perpétrée par des militants du Hamas.

À lire aussi
Israël-Palestine : la CIJ examine les conséquences juridiques de l’occupation

Alors que le nombre de morts à Gaza approche les 30 000, selon le ministère de la Santé dirigé par le Hamas, la pression internationale s’est accrue sur les États-Unis pour qu’ils maîtrisent leur allié Israël et appellent à un cessez-le-feu.

Les États-Unis sont le premier soutien diplomatique et militaire d’Israël.

Saïd A. et Agences

À LIRE AUSSI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

LES + LUS

Derniers Commentaires