dimanche, 23 juin 2024
DiasporadzHistoire - MémoireAppel à la création d'une école nationale supérieure d'histoire

Appel à la création d’une école nationale supérieure d’histoire

Les participants au premier séminaire sur « La mémoire et la problématique de l’écriture de l’histoire nationale » ont appelé jeudi 7 mars à la création d’une école nationale supérieure d’histoire, rapporte l’APS.

La création d’une école nationale supérieure d’histoire et d’une association nationale des historiens algériens permettra d’unifier les visions des historiens et d’accompagner les orientations de l’Etat algérien en matière d’histoire et de mémoire.

Le communiqué final couronnant les travaux de ce séminaire a mis en avant l’importance de la valorisation du patrimoine historique et culturel, de la préservation de l’identité nationale et de la consolidation de la cohésion sociale.

Les participants ont également recommandé l’ouverture d’une formation doctorale dans le domaine de l’histoire nationale et des questions liées à la Mémoire dans le cadre d’une coordination entre les ministères des Moudjahidine et des Ayants droit et de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

À LIRE AUSSI
Pour la reconnaissance des responsabilités de l’Etat dans le recours à la torture lors la guerre d’Algérie (document)

Plus de 125 professeurs et chercheurs et plus de 20 laboratoires scientifiques spécialisés ont pris part à ce séminaire.

Dans une allocution prononcée à la clôture des travaux du séminaire, le ministre des Moudjahidine et des Ayant droits, Laid Rebiga a affirmé que l’Etat algérien « est prêt à accompagner les historiens dans leurs recherches et leurs efforts au service de l’intérêt général, de l’unité nationale et de l’histoire ».

La préservation et l’écriture de l’histoire exigent la scientificité, la crédibilité et l’éthique, d’où la nécessité d’ouvrir des ateliers et des canaux de communication permanents entre l’ensemble des chercheurs et des professionnels du domaine historique, a-t-il ajouté.

« Les efforts déployés pour diffuser nos valeurs civilisationnelles et historiques à travers la production de films documentaires et cinématographiques, et l’édition d’ouvrages scientifiques contribuent, selon le ministre, à conforter la place de l’histoire nationale et à immuniser nos actuelles et futures générations ».

Hommage aux historiens algériens

Après avoir salué les conclusions de ce séminaire, M. Rebiga a indiqué que « les établissements scientifiques et les instances relevant de (son) secteur sont mis à la disposition des chercheurs et de tous les intéressés par l’histoire et la mémoire en vue de leur permettre d’écrire l’histoire (…) et de préserver, ainsi, la Mémoire nationale ».

À LIRE AUSSI
« Le fil rouge » de l’Italo-Algérienne Elisa Biagi au Théâtre Pixel à Paris

La rencontre a été une occasion pour le ministère des Moudjahidine et des Ayants droit de rendre hommage à d’éminents historiens algériens en reconnaissance de leurs contributions précieuses à l’écriture de l’histoire nationale et à la préservation de la Mémoire.

A ce propos, un hommage a été rendu à vingt (20) historiens algériens dont les défunts Yahia Bouaziz, Abou El Kacem Saâdallah, Mahfoud Kaddache.

Organisé au Cercle national de l’Armée à Béni Messous, le séminaire s’est déroulé en présence du Conseiller auprès du président de la République, chargé des affaires politiques et des relations avec la jeunesse, la société civile et les partis politiques, M. Chafik Mesbah, de moudjahidine et d’académiciens.

Aussi, les deux associations « Machaal Echahid » et « Chercheurs » pour les études historiques et archéologiques (Laghouat) ainsi que l’Agence nationale de communication, d’édition et de publicité (ANEP), ont été distinguées.

A noter que ce séminaire a été organisé par le ministère des Moudjahidine et des Ayants droit avec la participation de la Commission algérienne « Histoire et Mémoire » en coordination avec les secteurs de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et de l’Education nationale.

Les participants à cette rencontre ont évoqué les contributions historiques algériennes à la construction de la conscience nationale outre le rôle que pourrait jouer l’école algérienne dans l’accompagnement des mutations survenant en matière d’histoire et de mémoire.

À LIRE AUSSI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

LES + LUS

Derniers Commentaires