dimanche, 23 juin 2024
DiasporadzCultureSuisse : l'association Djelbana reçoit l’écrivain algérien Salah Badis

Suisse : l’association Djelbana reçoit l’écrivain algérien Salah Badis

A l’occasion du lancement de son cycle de rencontres littéraires, l’association Djelbana (Suisse) reçoit l’écrivain algérien Salah Badis, auteur « Des choses qui arrivent ».

La rencontre avec Salah Badis, organisée par Djelbana, aura lieu le vendredi 8 mars de 18h00 à 19h30 au café culturel «La Datacha» à Lausanne, en Suisse.

Le discussion sera animée par Sofiane Hadjadj, co-fondateur et co-directeur de la maison d’édition algérienne Barzakh. Elle sera suivie d’une séance de dédicaces avec l’auteur.

A noter que Salah Badis et Sofiane Hadjadj seront précédemment au Salon du livre de Genève, à l’occasion de leur passage en Suisse.

À LIRE AUSSI
L’artiste chaouie Houria Aichi en concert à Lyon : le chant berbère à l’honneur

A rappeler que Djelbana lance cette année le cycle de rencontres littéraires « D’une rive à l’autre : Histoires en partage », en partenariat avec les librairies Payot et avec le soutien de la Hirzel Stiftung.

Les rencontres littéraires « D’une rive à l’autre : histoires en partage » sont organisées sous le parrainage d’Azouz Begag, écrivain, chercheur et ancien Ministre français.

L’association Djelbana en quelques mots

Djelbana est une association à but non lucratif créée en 2021 à Lausanne en Suisse. Djelbana est un mot arabe qui veut dire « petits pois ».

L’association est née de la volonté de ses membre fondateurs, tous issus du croisement des cultures de leur pays d’origine ou d’accueil (Algérie, Suisse, France), de « promouvoir des échanges et des débats autour de questions relevant de l’histoire croisée, des mémoires de la colonisation et de la construction des identités », écrit l’association dans sa présentation.

«L’idée de ces rencontres est d’offrir un espace de connaissance et d’échange autour de récits issus des deux rives de la Méditerranée en lien avec la culture et l’histoire du Maghreb, mais aussi de disséquer les conséquences des enjeux mémoriels liés à la colonisation aujourd’hui», lit-on sur le site de l’association.

Samira B. B.

À LIRE AUSSI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

LES + LUS

Derniers Commentaires