vendredi, 14 juin 2024
DiasporadzÉconomieSonelgaz signe un accord avec l’américain General Electric pour la fabrication de transformateurs électriques

Sonelgaz signe un accord avec l’américain General Electric pour la fabrication de transformateurs électriques

Le groupe Sonelgaz a signé, mercredi 17 avril à Alger, un accord avec le groupe américain General Electric, visant à étendre les capacités actuelles de leur projet conjoint General Electric Algeria Turbines (Geat), notamment à travers la production d’équipements de postes électriques haute et très haute tensions.

L’accord a été signé au siège de la Direction générale de Sonelgaz, lors d’une cérémonie présidée par le PDG du groupe, Mourad Adjal, en présence de plusieurs cadres dirigeants de ce groupe et d’une délégation de General Electric, conduite par le Directeur exécutif des services énergétiques pour l’Asie du sud, le Moyen-Orient et l’Afrique, Joseph Anis.

Cet accord permettra de répondre aux besoins des sociétés du groupe Sonelgaz en termes d’équipements de postes électriques haute et très haute tensions et de réaliser

« Premier du genre à l’échelle africaine, ce projet conjoint permettra de diversifier les produits de General Electric Algeria Turbines en les orientant vers la fabrication de transformateurs électriques haute et très haute tensions, pour répondre aux besoins nationaux dans un premier temps avant d’aller vers l’exportation à l’horizon 2026» , a indiqué le premier responsable de Sonelgaz.

Il faut rappeler que le groupe Sonelgaz et General Electric avaient créé en 2014 la société mixte « General Electric Algeria Turbines (GEAT) », pour la fabrication de composants de turbines et le montage de turbines à gaz et à vapeur pour la mise en service de centrales électriques, à travers son usine à Aïn Yagout à Batna.

À LIRE AUSSI
SAIEG-General Electric : M’sila livre aux Pays-Bas des ailettes pour turbines à gaz et à vapeur

Relevant la demande croissante pour ce type d’équipements au vu des grands projets d’investissement au niveau national et des projets de développement local, le responsable de Sonelgaz a jugé nécessaire de « les fabriquer localement en raison de la difficulté de s’en procurer sur le marché international et de leur coût élevé en devises ».

Selon lui, le groupe Sonelgaz a besoin de près de 100 équipements de ce type chaque année pour répondre aux demandes de raccordement électrique au niveau national.

Il a rappelé que le groupe avait récemment électrifié 38 nouvelles zones industrielles et 58 zones d’activité industrielle, outre les projets visant à porter la capacité de production du réseau électrique à 32 000 mégawatts.

Dans une déclaration à la presse au terme de la cérémonie de signature, M. Adjal a précisé que cet accord avec General Electric, comprenant plusieurs contrats et avenants, marquait « une nouvelle étape importante»  dans la coopération entre les deux parties.

À LIRE AUSSI
Encore un accident au complexe d’El Hadjar !

Il a indiqué que l’extension des capacités actuelles de General Electric Algeria Turbines comprenait le renforcement des capacités d’ingénierie locales, la coopération en faveur de solutions destinées aux réseaux électriques, l’intégration des énergies renouvelables et une alimentation électrique durable et plus fiable.

Soulignant l’importance du partenariat avec le groupe américain, M. Adjal a affirmé que cette coopération avait contribué à l’augmentation des exportations du groupe Sonelgaz, qui ont atteint en 2023 le niveau record de 219 millions d’euros, grâce à l’exportation des produits de General Electric Algeria Turbines, avec l’enregistrement d’une demande croissante sur ses produits de plusieurs pays en Afrique et en Amérique latine.

Pour sa part le PDG de General Electric Vernova (filiale du groupe américain spécialisée dans les solutions réseaux), Philippe Piron, a estimé que cet accord constituait « un important pas en avant pour soutenir la grande infrastructure algérienne»  et « fournir de nouvelles technologies pour le développement du réseau électrique à même d’améliorer son efficacité et d’accélérer la transition énergétique».

Il a également affirmé l’engagement de la partie américaine à contribuer au transfert de technologie et d’expertises, à la localisation de la fabrication de ce type d’équipements de réseaux en Algérie et à leur exportation vers les marchés européens et les pays africains et ceux du Moyen-Orient.

Le Directeur exécutif des services énergétiques pour l’Asie du sud, le Moyen-Orient et l’Afrique, Joseph Anis, a, quant à lui, souligné que la signature de cet accord reflétait « la disposition du groupe américain à investir davantage en Algérie, à contribuer au développement de plus de capacités industrielles et à la localisation de la production d’équipements dans le cadre d’un projet intégré».

À LIRE AUSSI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

LES + LUS

Derniers Commentaires