dimanche, 23 juin 2024
DiasporadzÉconomieNon-respect du cahier des charges : des concessionnaires automobiles risquent le retrait d'agrément

Non-respect du cahier des charges : des concessionnaires automobiles risquent le retrait d’agrément

  • Des concessionnaires automobiles n’ont pas respecté le cahier des charges et risquent le retrait d’agrément en cas de récidive.
  • Les concessionnaires automobiles sont tenus de respecter les délais de livraison.

Certains concessionnaires automobiles s’adonnent à des pratiques « contraires au cahier des charges », ont reçu des mises en demeure et risquent le retrait d’agrément en cas de récidive, a révélé ce dimanche 12 mai à Alger, le ministre de l’Industrie Ali Aoun.

Intervenant au Forum d’El Moudjahid pour passer en revue les principaux indicateurs du secteur industriel du pays, M. Aoun a regretté que « certaines pratiques de concessionnaires » sont « contraires au cahier des charges » et ont « lésé certains clients, notamment à travers le non respect des délais de livraison ».

« Certains concessionnaires se sont permis certaines pratiques illégales nous poussant à créer une plateforme pour le traitement des réclamations des clients depuis près de deux mois », a indiqué Ali Aoun.

Cette plateforme a reçu jusqu’à hier samedi 11 mai près de 20 000 réclamations, a-t-il précisé.

Selon le ministre, certains concessionnaires automobiles n’ayant pas respecté le cahier des charges ont été rappelés à l’ordre à travers des mises en demeure, affirmant que des retraits d’agrément « seront notifiés en cas de récidive ».

À LIRE AUSSI
Annaba : qui veut faire couler le complexe Sider El Hadjar ?

Près de 159 000 véhicules importés au titre des quotas de l’année 2023

Par ailleurs, près de 159 000 véhicules ont été importés au titre des quotas accordés aux concessionnaires au titre de l’année 2023 sur un quota total de 180 000 véhicules, a révélé le ministre.

Au 18 avril dernier, 159 037 véhicules ont été importés au titre des quotas accordés pour l’année 2023 à 24 concessionnaires, dont 137 982 véhicules de tourisme, utilitaires et légers, a-t-il précisé.

Interrogé sur l’intérêt de hisser les taux d’intégration des véhicules, M. Aoun a expliqué que l’objectif est de créer un tissu de sous-traitance permettant un taux acceptable d’intégration.

En revanche, a-t-il dit, « l’important est la fabrication quelle que soit l’origine de la pièce », citant des grandes marques européennes fabricant la majorité de leurs pièces en dehors de leurs pays.

Saïd A.

À LIRE AUSSI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

LES + LUS

Derniers Commentaires