dimanche, 23 juin 2024
DiasporadzActualitéMort de Nahel : la reconstitution des faits aura lieu demain

Mort de Nahel : la reconstitution des faits aura lieu demain

Près d’un an après la mort de Nahel, tué par policier à Nanterre le 27 juin 2023, la justice réunit dimanche 5 avril les principaux protagonistes du dossier pour une reconstitution des faits, a appris l’AFP de sources concordantes.

Le policier mis en examen pour homicide volontaire, ses collègues présents, les amis de Nahel, des témoins… tous seront là pour la reconstitution des faits ayant conduit à la mort du jeune de 17 ans.

« Pour la première fois, toutes les parties seront confrontées à leur déposition sur la scène du crime, c’est un moment fort », souligne Nabil Boudi, avocat de la mère de Nahel.

La diffusion sur les réseaux sociaux d’une vidéo montrant un policier tirant sur l’adolescent de 17 ans à bout portant lors d’un contrôle routier avait engendré plusieurs nuits d’émeutes violentes.

A travers la France, les incendies de bâtiments publics et d’infrastructures ou les pillages de magasins ont causé des dégâts représentant un milliard d’euros, selon le Sénat.

À LIRE AUSSI
Le préfet de police de Paris interdit les rassemblements liés à l’Algérie

A Nanterre, non loin du rond-point où Nahel a été tué et où aura lieu la reconstitution, certains bâtiments en portent encore les traces.

L’enquête sur la mort de Nahel, devenue un symbole du débat sur les violences policières, doit notamment établir si l’usage de l’arme à feu était légitime.

Une première version policière, selon laquelle l’adolescent aurait foncé sur le motard, a rapidement été contredite par la vidéo des faits, diffusée sur les réseaux sociaux.

Le policier libéré

Pendant cinq mois, le policier auteur du tir, Florian M., âgé de 38 ans au moment des faits, avait été placé en détention provisoire.

À LIRE AUSSI
France : flambée des actes haineux et hostiles envers les musulmans

Mais en novembre, il a été libéré et placé sous contrôle judiciaire après plusieurs demandes de son conseil.

Les juges qui ont décidé de sa remise en liberté avaient reconnu qu’il existait encore « des divergences entre les différentes versions données », mais que « le risque de concertation » apparaissait désormais, « dans cette configuration, moins prégnant » et « ne saurait justifier la poursuite de la détention provisoire à ce titre ».

« L’information judiciaire a progressé », les parties civiles et les deux policiers ayant été auditionnés, ont indiqué les magistrats.

Ils soulignent également que « si le trouble à l’ordre public demeure », « il est moindre qu’à la date du placement en détention provisoire ».

À LIRE AUSSI
France : la population carcérale atteint le chiffre record de 77 450 au 1er avril

Après la libération de Florian M., Mounia, la mère de Nahel qui l’élevait seule, avait appelé à un rassemblement auquel quelques centaines de personnes s’étaient rendues dans le calme.

« Un policier tue un enfant, arabe ou noir, devient millionnaire et sort de prison, retrouve sa famille tranquillement pour les fêtes », avait-elle déploré dans une vidéo.

La mère de Nahel fait référence à la cagnotte qui a récolté plus de 1,6 million d’euros en soutien à la famille du policier, lancé par l’ancien partisan d’Eric Zemmour, le propagandite d’extrême droite Jean Messiah.

« Elle est très stressée, ça ravive de mauvais souvenirs », estime Me Boudi, son conseil.

Contacté, l’avocat de Florian M. n’a pas donné suite aux sollicitations de l’AFP.

À LIRE AUSSI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

LES + LUS

Derniers Commentaires