dimanche, 23 juin 2024
DiasporadzActualitéANIRA : six chaînes de télévision privées mises en demeure

ANIRA : six chaînes de télévision privées mises en demeure

Six (6) chaînes de télévision privées ont été mises en demeure par l’Autorité nationale indépendante de régulation de l’audiovisuel (ANIRA) à l’effet de se conformer au cahier des charges fixant les règles imposables à tout service de diffusion télévisuelle ou de diffusion sonore, a indiqué jeudi 28 mars un communiqué de l’Autorité.

Six chaînes de télévision privées, Echourouk TV, El Hayat, El Bilad, Ennahar TV, Samira TV et El Heddaf, ont été mises en demeure, en guise de sanction, avant la tombée des amendes et des suspensions, avertit l’ANIRA, le gendarme de l’audiovisuel algérien, dans son communiqué.

En effet, « après avoir examiné le contenu diffusé sur les chaînes de télévision », l’ANIRA dit avoir « constaté la non conformité du volume horaire des messages et spots publicitaires aux dispositions des cahiers des charges imposés aux services de communication audiovisuelle ».

« Après avoir écouté les représentants des chaînes de télévision concernées au sujet de ces infractions, l’Autorité a décidé de sanctionner Echourouk TV, El Hayat, El Bilad, Ennahar TV, Samira TV et El Heddaf », lit-on dans le communiqué.

À LIRE AUSSI
Audiovisuel : l’ARAV rappelle «la sacralité du mois de Ramadan»

Suite à quoi, ces chaînes de télévision privées « ont été officiellement mises en demeure », ce jeudi 28 mars, « à l’effet de se conformer, dans un délai de 72 heures suivant la publication de la décision de l’Autorité, aux dispositions des articles 69 à 74 du décret exécutif 16-222 portant cahier des charges générales fixant les règles imposables à tout service de diffusion télévisuelle ou de diffusion sonore », selon la même source.

L’ANIRA prévient, dans son communiqué, que « si elles ne se conforment pas aux mises en demeure dans les délais impartis, les chaînes concernées se verront infliger des amendes », se réservant le droit d’ « ordonner la suspension intégrale ou partielle des programmes faisant l’objet d’infraction, conformément aux articles 76 et 77 de la loi 23-20 relative à l’activité audiovisuelle ».

Pour rappel, l’ANIRA avait mis en garde les chaînes de télévision quant à la diffusion excessive des spots publicitaires, pendant les trois premiers jours de ce mois de ramadan.

L’ANIRA « a enregistré lors de son suivi des programmes des médias audiovisuels durant les trois premiers jours du mois de Ramadhan, des coupures publicitaires prolongées auxquelles se livrent certaines chaines, ce qui porte préjudice à l’intérêt du téléspectateur, et constitue un dépassement du temps consacré à la diffusion des spots publicitaires », avait précisé un communiqué de cette instance le 17 mars dernier.

Samira Ben Briki

À LIRE AUSSI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

LES + LUS

Derniers Commentaires