lundi, 24 juin 2024
DiasporadzSociétéUne mère tue sa fille de 3 ans la veille de l'Aïd à Sidi Bel Abbès

Une mère tue sa fille de 3 ans la veille de l’Aïd à Sidi Bel Abbès

La commune de Taoudmut, dans l’extrême sud de Sidi Bel Abbès, a été secouée lundi matin par la nouvelle macabre de la mère qui a tué sa fille de 3 ans.

La région de Sidi Bel Abbès est encore sous le choc : une mère de 28 ans a en effet tué sa fille Safa, âgée à peine de 3 ans, après l’avoir battue à mort, laissant des traces sur diverses parties de son corps.

À LIRE AUSSI
Attaque au couteau à Bordeaux : un Algérien tué et un autre blessé

Tout a commencé lorsque la petite Safa est évacuée aux urgences médicales de la daïra de Marhum, où elle est arrivée sans vie. Selon sa mère, Safa s’est cogné la tête lors d’une chute alors qu’elle jouait à la maison.

Sauf que le rapport du médecin légiste révèle que le corps de la petite Safa porte des traces de coups sur diverses parties et des morsures au niveau du cou.

Elle a également subi une grave hémorragie interne à la tête due à un coup violent qui lui a fracturé le crâne.

À LIRE AUSSI
Ghana : un prêtre de 63 ans épouse une fille de 12 ans

Pour le médecin légiste, ce sont là autant de signes que la petite Safa a été victime de maltraitance physique et de torture.

La mère avoue avoir tué sa fille

Face aux preuves évidentes, la mère a fini par avouer aux enquêteurs de la Gendarmerie nationale de Sidi Bel Abbès qu’elle a tué sa fille. Elle a déclaré avoir battu sa propre fille avant de la projeter au sol, provoquant des blessures fatales. La mère de famille est arrêtée et placée sous mandat de dépôt en attendant sa comparution devant la justice.

Les enquêteurs de la Gendarmerie nationale poursuivent encore leurs investigations pour déterminer les motifs de ce crime crapuleux.

À LIRE AUSSI
Alger : des parents qui ont tué leur fillette de 5 ans condamnés à 20 de prison

Selon des sources locales, Safa aurait été élevée par sa tante depuis sa naissance. Mais à la mort de cette dernière, Safa a été replacée au sein de sa famille d’origine où elle aurait eu du mal à s’adapter à nouveau.

Cette affaire de Sidi Bel Abbès rappelle malheureusement le crime crapuleux dont a été victime Tesnim, une fillette de 5 ans tuée par ses deux parents à Bordj El Kiffan à Alger, le mois de février dernier.

Ces deux affaires vont peut être relancer le débat sur la protection de l’enfance et sur les devoirs et les obligations des parents envers leur progéniture.

Samira Ben Briki

À LIRE AUSSI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

LES + LUS

Derniers Commentaires