vendredi, 21 juin 2024
DiasporadzSociétéAlger : des parents qui ont tué leur fillette de 5 ans condamnés à 20 de prison

Alger : des parents qui ont tué leur fillette de 5 ans condamnés à 20 de prison

Le tribunal de Dar El Beïda, à l’est d’Alger, a lourdement condamné, la semaine dernière, des parents qui avaient tué leur fillette Tesnim de 5 ans, rapportent plusieurs sources médiatiques.

Les deux parents, qui habitent à Bordj El-Kiffan (Alger), n’ont pas nié les faits et ont reconnu avoir tué leur fillette.

Les deux ont écopé d’une peine de 20 ans de prison ferme pour maltraitance d’enfant et meurtre.

Les faits cruels et macabres se sont déroulés dans la localité de Bordj El-Kiffan où les deux parents « B. Z. H. » et « B. A. » avait fait subir des tortures atroces à leur fille avant de la tuer.

À lire aussi
Deux hommes interpellés après le home-jacking de l’influenceur franco-algérien Just Riadh

Les enquêteurs ont révélé que les deux parents avaient privé leur fille de nourriture et lui avaient attaché les mains à un poêle allumé, ce qui lui a causé de graves brulures.

Les parents auteurs de l’infanticide ont expliqué qu’ils voulaient punir leur fille pour avoir mangé de la pommade qu’elle prenait pour du chocolat.

Cette affaire a choqué la population algéroise tant cet acte abject était cruel et gratuit.

L’assassinat de Tesnim vient relancer le débat sur la protection de l’enfance et sur les devoirs et les obligations des parents envers leur progéniture.

Samira Ben Briki

À LIRE AUSSI

1 COMMENTAIRE

  1. Quand on limite les effets secondaires et irréversibles d’une toxicomanie de masse qui est en train de miner la carte socio-sanitaire en Algérie…à une lutte sans merci des services de sécurité localement depuis plus d’une décennie sans sévir en amont et aux sources fussent-elles à l’étranger, il n’y a pas lieu de se voiler la face en faisant supporter ce phénomène de la criminalité psychopathologique à des structures et officines pourvoyeuses elles aussi de psychotropes et autres dérivés ? A se demander à qui profite le crime quand nous passons d’un phénomène jadis personnalisé à l’apparition de bandes, gangs et organisations quadrillant l’urbanité algérienne et prédisposant les masses pas seulement juvéniles à un risque de guerre civile si l’étincelle d’un complot était allumée par ceux que nous avons oubliés de combattre de façon préventive ! Qu’Allah nous en préserve ! Notre pensée posthume à la petite martyre Tesnim !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

LES + LUS

Derniers Commentaires