dimanche, 23 juin 2024
DiasporadzHistoire - MémoireUne compagnie minière canadienne perd une mine d'or en Roumanie

Une compagnie minière canadienne perd une mine d’or en Roumanie

Une compagnie minière canadienne a perdu vendredi 8 mars une procédure d’arbitrage contre la Roumanie, qui avait bloqué son projet d’exploitation d’une mine d’or sur un site désormais inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, a annoncé Bucarest.

La compagnie minière canadienne Gabriel Resources réclamait à la Roumanie jusqu’à 6,7 milliards de dollars (6,1 milliards d’euros) de dommages et intérêts pour avoir suspendu son projet de développement d’une mine d’or près du village de Rosia Montana, dans les Carpates.

C’est dans cette bourgade que se trouve le site des anciennes mines d’or romaines de Rosia Montana, abritant des galeries minières vieilles de 2 000 ans et que l’Unesco a inscrit sur la liste du patrimoine mondial en 2021.

Le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (Cirdi) – un groupe d’arbitrage de la Banque mondiale – a rejeté les demandes d’indemnisation de Gabriel Resources, dans une décision publiée ce 8 mars par le gouvernement roumain.

À LIRE AUSSI
La société australienne Lionsbridge s’intéresse à l’or algérien

Le Premier ministre Marcel Ciolacu a salué cette décision, tout en critiquant l’action de gouvernements précédents. « Les Roumains ne doivent pas souffrir des décisions de certains Premiers ministres qui ont placé leurs intérêts personnels au-dessus des intérêts nationaux », a-t-il écrit sur Facebook.

Utilisation de cyanure pour extraire l’or

Elle avait obtenu une licence d’exploitation de mines d’or dans la région en 1999 mais son projet avait été suspendu en 2013, après des manifestations géantes pour protester notamment contre l’utilisation de cyanure pour extraire l’or.

Gabriel Resources avait l’intention d’extraire 300 tonnes d’or et 1 600 tonnes d’argent en faisant voler en éclats quatre massifs, l’essentiel des vestiges romains compris.

En 2016, la Roumanie avait déclaré le complexe de Rosia Montana site d’intérêt historique, le faisant ainsi bénéficier d’une protection contre l’activité minière.

Dans la plainte déposée auprès du Cirdi, Gabriel Resources accusait le gouvernement roumain de « s’être abstenu d’agir dans le cadre d’une procédure administrative alors qu’il avait l’obligation de le faire » et de ne pas lui avoir offert de compensation pour l’arrêt du projet. La compagnie minière avait également déploré que la Roumanie n’ait pas offert de compensation après l’arrêt du projet.

Les habitants de Rosia Montana étaient, eux, divisés sur le projet d’extraction d’or, certains se félicitant des opportunités économiques potentielles, d’autres s’inquiétant de son impact sur l’environnement.

À LIRE AUSSI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

LES + LUS

Derniers Commentaires