dimanche, 23 juin 2024
DiasporadzChroniqueQuelles sont les limites de la diaspora algérienne ?

Quelles sont les limites de la diaspora algérienne ?

Chaque fois que je consulte le journal en ligne «diasporadz.com», immédiatement me vient à l’esprit une sorte de nostalgie, probablement liée au mot « diaspora » !

Et cela m’amène à me demander où sont les limites de cette diaspora algérienne. En d’autres termes, je me pose la question de mon appartenance, ou pas, à celle-ci.

Je suis né en Algérie, dans une famille d’origine européenne et j’ai passé mon enfance dans ce pays, à Oran. Je l’ai quitté dans des circonstances dramatiques en juin 1962, quelques jours avant la proclamation de l’Indépendance.

J’ai donc un lien particulier avec l’Algérie, certains de mes ancêtres y reposent pour l’éternité. Pour autant, puis-je me considérer comme un membre de la diaspora algérienne ?

Je sais que cette question paraîtra incongrue autant à des Algériens qu’à des Français d’Algérie et qu’ils y apporteront sans hésitation une réponse catégorique.

À lire aussi
Camus était-il colonialiste ?

Les premiers diront que je fais partie de ceux qui les ont occupés, colonisés, asservis, massacrés, exploités. Les deuxièmes rappelleront qu’ils ont été chassés de ce pays qu’ils avaient développé, qu’ils ont subi des attentats terroristes abominables et qu’ils ne veulent rien avoir de commun avec les Algériens.

Les uns et les autres ont leurs raisons, leur logique et leur point de vue. Ils sont restés dans une position d’adversité, de ressentiment. Il ne s’agit pas ici de les juger à ce propos.

Pourtant j’ai l’impression qu’une évolution dans les esprits s’est faite et que des Algériens et des Pieds noirs, ainsi que leurs descendants (la question concerne maintenant surtout ces derniers, car ceux qui ont vécu la guerre d’Algérie ne sont plus très nombreux) sont prêts à revenir dans une position d’altérité et à renouer des liens qui s’étaient distendus.

Le nécessaire besoin de réconciliation se situe surtout au niveau des États, car il me semble qu’au niveau individuel, la question se pose moins.

Parce que les liens existent, qu’on le veuille ou non. Ils résultent en partie de la similitude des parcours et des points communs. Nous avons la même terre natale et d’une manière différente, nous l’avons perdue. Perte définitive pour les Français d’Algérie, perte relative pour les Algériens ou Franco-Algériens exilés en France, car eux ont toujours la possibilité de retourner en Algérie qui reste leur pays. Dans tous les cas, nous avons connu l’exil avec son cortège de souffrances associées, de nostalgies aussi.

C’est évident pour les Algériens qui sont venus au fil des ans travailler en France, d’abord seuls, vivant dans des locaux sans confort, puis avec leur famille lorsqu’ils avaient eu la possibilité d’un regroupement familial. L’exil fut aussi pour tous les Français d’Algérie, lorsqu’en 1962, ils rejoignirent la métropole que la plupart d’entre eux ne connaissaient pas.

Pour les uns et les autres, les conditions d’installation furent difficiles, il fallut s’adapter à un environnement souvent hostile, reconstruire une vie. Pour tous, cela engendra une souffrance et celle-ci est l’un des points communs entre tous.

Alors pour revenir à l’interrogation de savoir si je fais partie ou pas de la diaspora algérienne, je crois que ce n’est pas à moi de répondre à cette question. Ce que je peux dire, c’est que je me situe dans une position où il m’est possible de comprendre les motivations des uns et des autres quant à ce qui s’est passé en Algérie. On pourrait qualifier cette position d’empathique à l’égard de tous.

De plus, même si je sais que cela ne me concerne plus, je ressens un intérêt particulier pour ce qui se passe en Algérie. Et donc, je ne vois rien qui m’empêcherait de me considérer comme appartenant à cette diaspora.

Je sais que mes amis algériens avec lesquels nous refaisons parfois l’histoire en imaginant combien elle aurait pu être moins tragique pour tous, sont prêts à m’accueillir dans cette entité.

Robert Mazziotta

À LIRE AUSSI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

LES + LUS

Derniers Commentaires